Yvonne Daroussin : les meubles en carton, équilibre entre passion et métier

Texte : Soucaneau Gabriel / Photos : Archives Yvonne Daroussin

Yvonne Daroussin me reçoit aux Arteliers de la Source, espace culturel permettant à des artistes d’horizons divers de venir laisser parler leur créativité. L’atelier qu’elle occupe est un espace de création collaboratif. A côté de nous, des meubles en cours de fabrication occupent l’espace. Des machines à découper, des plans de travail. Yvonne est dans son univers au sein de cet atelier où elle navigue entre sa passion et son métier.

Naissance d’une passion pour le cartonniste

Après un parcours dans le commerce, Yvonne a fait des études en décoration. Vers 2003, un article sur les meubles en carton dans une revue attire son attention. Sa curiosité pour cette forme d’expression l’a amené à suivre une formation de cartonniste auprès de la compagnie Bleuzen à Paris. Une compagnie dont les activités sont centrées autour de l’artisanat. Après avoir fabriqué son premier et son deuxième meuble, Yvonne Daroussin a eu cette impression que cette activité était faite pour elle. Que ça tombait sous le sens. Tout en suivant le cours, elle a commencé à se perfectionner chez elle, en construisant d’autres meubles.

Petite anecdote familiale…son enfant de six ans lui demande un jour un éléphant pour son anniversaire. Elle lui fabrique un éléphant en carton. Le premier meuble autonome qu’elle a fait en suivant ses cours, ensuite viendra un fauteuil club. Après les cours, c’était essentiel pour Yvonne de partager sa passion avec les autres, en participant régulièrement à des expositions qui sont en lien avec son activité. Terre Naturelle, Loisirs Créatifs et la Foire Expo l’ont lancée officiellement en tant que créatrice de meubles en carton. Lancée en 2005, Yvonne Daroussin cumule aujourd’hui 13 ans de carrière.

Processus de création d’un meuble en carton.

Il faut le carton basique d’emballage. En particulier l’emballage de pare-brise qui est en carton de double cannelure. Une bonne quinzaine d’heures de travail pour faire la découpe du carton, préparer le squelette et faire l’habillage avec du papier kraft. Le nombre d’heures de travail est très variable d’une personne à l’autre. Ça va dépendre du meuble à réaliser, de la technique de la personne et de ses méthodes de travail. Et même pour la durée de l’apprentissage, ça dépend des gens, de leur curiosité et de leur motivation.

Quel type de meuble on peut fabriquer avec du carton ?

On peut faire quasiment tous les types de meubles en carton, précise Yvonne. Il y a des meubles qui peuvent être plus compliqués à faire. Le basique est le meuble de rangement et surtout s’il a des formes bien rondes. Le meuble en carton est adapté à ce genre d’imaginaire. Faire des choses très carrées, ça peut être plus compliqué. La forme ronde est plus accessible au débutant. Le meuble de rangement, la table de nuit, c’est accessible à tout le monde. Le fauteuil club est un petit plus compliqué. Il y a les techniques à connaître ; la technique dite des traverses qui permet de faire la structure, la technique de la boite, avec des traverses plus petites et où les deux morceaux de façade sont espacés de minimum 10 cm. Il y a aussi la technique du contre collage qui revient un petit peu à la technique de la boite.

 Le meuble en carton, entre le décoratif et l’utilitaire ?

Les meubles en carton servent tous les jours. Il n’y a pas de date de péremption sur le carton. Contrairement à certains meubles de fabrication industrielle, le carton se répare très facilement. A partir du moment où il est dans des conditions normales, c’est-à-dire, où il n’y a pas d’inondation ou pas d’incendie. Tant qu’il est dans des conditions normales de vie, le meuble vit ad vitam aeternam.

Difficultés lors de création de meuble

Tout matériau à ses contraintes et ses avantages. La difficulté dans le carton, c’est le poinçonnement. On va l’amortir grâce à la décoration avec un papier kraft très costaud. C’est un matériau assez mou, les bords s’écrasent facilement, à part cette petite contrainte, c’est un matériau facile à travailler, une fois qu’on s’y met et qu’on maîtrise un tant soit peu les approches..

 L’impact des meubles en carton sur l’environnement

Les meubles en carton sont écologiques. Acheter un meuble en carton chez un artisan que l’on connaît, c’est faire un commerce équitable. Quand on va en grande surface, on ne sait pas toujours où ces meubles ont été fabriqués, les conditions de fabrication, qui a travaillé à la réalisation des meubles et combien de kilomètres ils ont parcourus ? Certes on peut acheter pas cher, mais se questionne-t-on sur l’impact de ce meuble sur l’environnement ? Et aujourd’hui c’est un constat indéniable dans notre société, les produits qui coûtent pas cher sont les produits qui coûtent le plus à notre mère terre. Notre système comptable ne tient pas compte de l’impact écologique et de l’impact sociétal des activités.

Moi je ne travaille que avec du carton de récupération. C’est une façon aussi de participer au recyclage. La filière carton est la filière la mieux organisée au plan du recyclage depuis très longtemps. Et son utilisation permet de moins couper d’arbres.

 Enseigner pour transmettre et pérenniser

L’expérience peut être différente dépendamment du public, nous confie Yvonne. Elle a à la fois un public de loisir créatif et un public qui a plus envie d’apprendre. Elle reçoit de temps en temps des propositions de stage. Elle a animé des ateliers à l’Unité Éducative d’Accueil de jour (UEAJ), et au Centre d’Éducation Fermé (CEF). Pendant six ans, elle a animé des ateliers avec des jeunes. C’était très inspirant de voir leur approche du carton. Une matière qui au premier regard à l’air de rien, mais qui peut finir en quelque chose de classe, d’utilitaire. Ça leur donne un sentiment de réaliser quelque chose, un sentiment de satisfaction. C’est aussi une manière pour les jeunes de se familiariser avec  ce genre de connaissances, de les apprivoiser. Le carton c’est une main de fer dans un gant de velours ; si on se trompe on peut rectifier assez facilement l’erreur et du coup aboutir au résultat. Aujourd’hui, elle a de moins en moins d’élèves, toutefois elle intervient pour les ateliers périscolaires avec les élèves du primaire à St-Jean de Braye et à St-Jean de la Ruelle.

Son regard sur Orléans et sur son évolution

J’aime la ville d’Orléans. J’aime l’ondulation de la Loire, un fleuve chargé d’histoire et d’émotions.

 

Joindre Yvonne Daroussin

06 60 18 39 49

Sacartoun@free.fr

www.sacartoun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *